Visite du Jardin du Berlincan par les étudiants de BTSA ACSE 2

Vendredi 5 mars, la classe de BTSA ACSE2 à orientation agriculture biologique a été accueillie par Adrien, maraîcher au Jardin du Berlincan, exploitation gérée avec Fanny, sa compagne.

Ils se sont installés, il y a 10 ans en maraîchage biologique, vente directe sur des terres du grand-père de Fanny, entre les communes du Haillan et de Saint-Médard (ancienne ceinture maraîchère de Bordeaux). Ils vendent 134 paniers sur deux AMAP, produisent 30 à 35 tonnes de légumes par an pour une quarantaine de cultures.

IMG 7245

Ingénieurs agronomes intéressés par le développement agricole, ils souhaitaient apporter la preuve de la fonctionnalité du modèle 1 actif pour 1 ha. Ils s’inspirent beaucoup des études Nord-Américaines sur l’agriculture régénérative.

Ancienne prairie dégradée par un surpâturage d’ovins, le terrain n’avait plus été entretenu sur une génération. Le sol est hétérogène avec une dominante très sableuse issue des alluvions maritimes et fluviales. La nappe des sables est très proche, elle remonte fréquemment sur une partie du parcellaire qui demeure trop humide l’hiver pour des légumes racines.

Les rotations triennales permettent de respecter les délais de retour qui restent compliqués pour les solanacées. La solution est alors de les cultiver sous serres mobiles.

 IMG 7236  IMG 7238 IMG 7241 

Mélange de graines pour
les semis d’engrais verts 

Rouleau FACA 

 Engrais vert

L’une des spécificités du système de culture repose sur les engrais verts qui couvrent les sols pendant les intercultures. Cette couverture permet, entre autres, de protéger le sol de l’érosion, d’entretenir le taux de matière organique, de dynamiser et entretenir les populations d’auxiliaires (insectes, oiseaux …) en leur offrant, à travers ces couverts, abris et nourriture. Un kilomètre de haies plantées et un enherbement entre les parcelles complètent ces écosystèmes et favorisent une biodiversité fonctionnelle en assurant une continuité écologique. Des études mettent également en exergue le rôle bénéfique des exsudats racinaires dans la fertilité du sol.

Des mélanges, toujours retravaillés au vu des couverts précédents, sont un ensemble de légumineuses et graminées, semé le plus tôt possible en septembre octobre pour être ensuite détruit à l’épiaison par un passage de rouleau FACA qui couche les tiges. La production de biomasse est ainsi très importante et constitue un bon témoin de fertilité. Ce travail a permis de diminuer fortement les amendements organiques du commerce.

IMG 7249 IMG 7252 IMG 7253
 Carottes et engrais verts Diffuseur d’huile essentielle d’oignon, confusion olfactive  Filets de protection contre la mouche de la carotte 

Cette conduite permet une protection agroécologique efficace pour les cultures. De nombreux auxiliaires sont observés. Ainsi 6 à 7 auxiliaires sont naturellement présents contre le puceron. Les carottes sont protégées de la mouche par des filets posés selon les informations du bulletin de surveillance des végétaux (souvent aux premières pluies d’automne). En complément la confusion olfactive est testée sur une base de diffusion d’huile essentielle d’oignon. Enfin lorsque le couvert des carottes atteint 50% un semis en mélange est réalisé sur la planche et les passe-pieds afin de protéger les carottes et d’éviter le développement d’adventices non souhaités. Le test semble pour l’instant concluant.

IMG 7260    IMG 7263 
 Serre mobile sur engrais verts  Structure grumeleuse, effet bénéfique des engrais verts et des amendements humiques

Des cultures associées sont également menées afin d’occuper tous les étages de végétation avec par exemple le fenouil, les blettes et une salade couvrante, la Claytone de Cuba. L’association mâche / fèves évite tout désherbage en occupant toutes les niches écologiques.

IMG 7258   IMG 7282
Semis et jeunes plants Plantes cultivées associées : fenouil / blettes / Claytone de Cuba

 Des plantes sont témoins d’une bonne alimentation azotée. On peut citer le mouron.

Des plantes relais se développent sur les bords des serres. Pour les tomates, les soucis abritent les macrolophus, petites punaises prédatrices de nombreux ravageurs. La confusion sexuelle est également mise en œuvre.

V.H.

isnab 50ans blanc
Institut des Sciences de la Nature et de l'Agroalimentaire de Bordeaux

Copyright © 2009
Création site et Référencement Internet Bordeaux

2 impasse Charles Tellier - 33140 Villenave d'Ornon - Tél 05-56-84-47-90

Actualites de nos filières : ACSE - GEMEAU - STA - TC - BACHELOR TE

CNEAP
Enseignement Catholique Gironde